incertitude(s)

PERMETTRE AUX collégiens d’exercer leur esprit critiqueS FACE AUX contenus qui leurs sont adressés via les médias et réseaux sociaux.

Public : 22 classes de 4ème au collège

Capture d’écran 2019-05-06 à 10.27.09.png

La récurrence du traitement des Fake News dans les médias et l'émergence des théories complotistes après chaque nouvel attentat ou crise politique, nous laissent penser que les jeunes continuent d'être encore séduits par les mécanismes de propagande et de rumeur ; et ce malgré le développement de nombreux projets pédagogiques opposant le vrai au faux.


LE PROJET

Nous expérimentons depuis quelques mois un programme pédagogique autour du développement d’une pensée critique complexe, dès la 4ème.

Capture d’écran 2019-05-07 à 12.16.31.png

Pour réussir ce pari d’une autre éducation à l’information, nous avons mené un programme d’ateliers ludiques et interactifs, qui alterne le développement de compétences numériques et médiatiques - compréhension de l’algorithme, analyse de l’information, sémiologie de l’image - et développement des compétences psychosociales pour apprendre à “adopter un comportement approprié et positif à l’occasion d’interactions avec les autres, sa culture et son environnement”.

Ce programme permet aussi de soutenir les équipes enseignantes des établissements concernés pour leur permettre d’accompagner leurs élèves dans leurs usages du numérique.


Objectifs du projet

Face à une information “complotiste”, l’élève est capable de distance critique.

Capture d’écran 2019-05-09 à 12.07.01.png

LE JEUNE : AU COEUR DU PROJET      

Notre ingénierie combinera diverses modalités pédagogiques :
des exposés théoriques, des temps d’échanges, des études de cas, permettant à l’apprenant d’être acteur de la séance. Lors des interventions, l’accent est mis sur l’interactivité, permettant de progresser en équipe et de réussir ensemble.


Le contenu du projet

Depuis 2 ans, l'association s'intéresse à une nouvelle approche de l'éducation à l'information, permettant de développer l'esprit critique sans pour autant augmenter dramatiquement la suspicion et le doute dans l'esprit des adolescents. En 4 séances espacées de plusieurs semaines, nous abordons des problématiques de société actuelles et cohérentes telles que la question des données, de la circulation de l’informations sur les réseaux sociaux, des éléments communs à l'imaginaire et aux théories complotistes ainsi qu’une introduction aux différents biais cognitifs, c’est-à-dire aux déformations automatiques de la pensée lors du traitement d’une information.


Les grandes questions abordées lors des séances :

  • Quelles usages les jeunes ont-ils sur les médias sociaux ?

  • Quelles préférences culturelles et ce qu’elles nous disent des jeunes ?

  • Comment les jeunes comprennent les algorithmes ?

  • Comment les jeunes abordent l’information ?

  • Les jeunes sont-ils  méfiants ? Si oui, comment se caractérise cette méfiance ?


Le déroulé

 

Séance 0 : PRÉSENTATION AUX ENSEIGNANTS

OBJECTIF :

>Sensibiliser les enseignants à la thématique et aux modalités d’interventions.

 

Séance 2 : L’IMAGINAIRE DU COMPLOT

OBJECTIF :

>Savoir reconnaître le lien entre imaginaire et complot. Être capable d’analyser les mécanismes fictionnels des histoires complotistes.

 

Séance 4 : À QUI PROFITE LE CRIME ?

OBJECTIFS :

>Travailler sur quelques biais cognitifs qui influencent notre rapport à l’information.

>Mobiliser et évaluer les compétences développées.

Séance 1 : MES PRATIQUES MÉDIATIQUES

OBJECTIFS :

>Ouvrir le dialogue avec les élèves sur leurs pratiques médiatiques.

>Comprendre le fonctionnement des algorithmes et la circulation de l’information.

 

Séance 3 : ENQUÊTE DE SENS

OBJECTIF :

>Démystifier les constructions médiatiques grâce à une enquête et  décrypter l’information et sa diffusion sur le web.

 

Séance 5 : BILAN

OBJECTIF :

>Faire le point sur les séances menées, recueillir les témoignages de chacun et présenter les résultats des évaluations.


Objectifs pédagogiques

Capture d’écran 2019-05-07 à 14.25.14.png

SAVOIR

  • L’élève sait que l’accès à l’information est dépendant de filtres algorithmiques.

  • L’élève connaît le fonctionnement de la circulation de l’information sur les réseaux.

  • L’élève connaît le fonctionnement de la loi de proximité.

  • L’élève sait distinguer “expertise” et “expérience”.

  • L’élève connaît les ressorts dramatiques et fictionnels des théories complotistes.

  • L’élève sait relativiser la notion de vérité et avoir une approche critique face à une situation.

SAVOIR-FAIRE

  • L’élève est capable d’identifier les intérêts de celui qui parle.

  • L’élève est capable de croiser plusieurs informations pour créer une opinion argumentée.

  • L’élève sait évaluer l’influence des algorithmes sur l’information qu’il consomme.

  • L’élève est capable d’avoir une approche équilibrée entre expérience sensible et expertise.

  • L’élève est capable de reconnaître une “théorie complotiste”, ou orientée, grâce à une grille d’analyse.

SAVOIR-ÊTRE

  • L’élève ne se sent pas menacé par le monde qui l’entoure.

  • L’élève sait qu’il a la capacité d’agir sur le monde qui l’entoure.


Ce que nous cherchons à évaluer

Afin de pouvoir évaluer l’impact de nos séances et la montée en compétences des élèves, nous réalisons une récolte de données quantitative et qualitative sous la forme d’un questionnaire et de 3 activités pratiques au début de la séance 1 auprès de 373 élèves de 4ème. Un questionnaire à la fin de la séance 4 viendra clôturer l’intervention. L’analyse de ces résultats nous permettra de mieux comprendre les pratiques médiatiques et numériques des jeunes adolescents de 4ème puis de mesurer le développement de compétences suite au parcours des 4 séances du projet Incertitude(s). Ce rapport rend compte de l’évaluation intermédiaire du projet.


VOUS ÊTES INTÉRESSÉ.E.S ?